L’amour est-il une source de bonheur ?

Il n’est pas surprenant que les personnes malheureuses ressentent souvent un manque d’amour. Friedrich Nietzsche, par exemple, a dit un jour que les mariages ne sont pas heureux si les deux partenaires sont heureux. Nietzsche n’a jamais été marié et a été rejeté par trois femmes différentes. Le nihilisme n’est peut-être pas un aphrodisiaque. Il constitue un excellent cadre philosophique pour examiner la relation entre l’amour et le bonheur.

Le temps passé avec des personnes heureuses

Selon une étude récente, le temps passé avec des personnes heureuses augmente votre propre bonheur. Passer du temps avec des amis ou des proches augmente le bonheur. Les personnes heureuses parlent beaucoup et apprécient la compagnie des autres. Ils rendent les autres heureux en partageant leurs sentiments positifs. Les personnes qui s’entourent de gens heureux sont plus susceptibles de connaître le bonheur et la satisfaction.

Dans le cadre d’une étude sur le vieillissement, Raudenbush et ses collègues ont constaté que les adultes plus âgés qui étaient plus heureux que ceux dont le niveau de satisfaction était plus faible ont déclaré des niveaux de bonheur plus élevés. Ce résultat était cohérent dans tous les groupes. Il était évident que les personnes qui passent plus de temps avec des gens heureux sont plus susceptibles d’avoir une vie sociale épanouie. Ces résultats ne sont toutefois pas concluants. L’étude a également révélé que les personnes qui passent plus de temps avec des gens heureux déclarent être plus heureuses dans l’ensemble.

Ces études montrent donc l’amour est source de bonheur à condition que les intéressés soient heureux et épanouis.

Trouver un sens à la vie

La poursuite du bonheur est une entreprise populaire, mais elle est semée d’embûches. Les tentatives d’accroître le bonheur, de réduire le stress ou d’améliorer la santé peuvent ne produire que des avantages temporaires. Les recherches menées depuis des décennies ont montré que trouver un sens à la vie est la clé du bien-être. La recherche du sens de notre vie a été un sujet central de la psychologie récente. Cette étude révèle trois façons dont le sens peut améliorer notre bonheur.

Dans cette étude, les participants ayant un sens élevé à la vie s’engageaient dans des activités sociales, donnaient de leur temps et maintenaient des habitudes saines. Ces résultats ont été confirmés dans des enquêtes de suivi quatre et deux ans plus tard. Les études de Steptoe & Fancourt ont montré que trouver un sens à la vie peut contribuer à améliorer la santé, le bien-être et le bien-être général d’une personne. Mais ces résultats ne sont pas encore concluants. Ces facteurs et le bonheur nécessitent davantage de recherches.

Aimer avec de bonnes intentions

Viktor Frankl, un philosophe qui était également un ancien thérapeute dans les camps de concentration, a écrit sur les paradoxes du bonheur. Selon lui, trouver un sens à la vie pourrait faire la différence entre la vie et la mort. Bien que nous ne soyons pas en mesure de préserver le sens dans toutes les situations, nous pouvons le préserver lorsque nous sommes entourés d’un amour de bon cœur. On peut le comparer aux niveaux de bonheur 3 et 4.

Le point de vue d’Épicure sur l’amour

La vision d’Épicure de l’amour comme apportant le bonheur était un peu différente de notre concept contemporain de l’amour romantique. Bien que nous ne croyions pas à l’immortalité, Épicure pensait que toutes les valeurs devaient être atteintes au cours de la vie humaine. Pour lui, le plus grand bien était la vie elle-même. Nous devrions donc pouvoir concentrer notre recherche du bonheur au niveau individuel et éviter toute douleur mentale ou corporelle.

Les idées d’Épicure sur l’amour ont influencé de nombreux penseurs utopistes, dont Marx à More. Épicure a fondé l’espoir du bonheur sur une vision entièrement différente des relations sociales, qui sont le tissu de l’existence humaine. Bien que les vues d’Épicure sur l’amour et le mariage ne soient pas connues comme étant utopiques, elles sont profondément ancrées dans la philosophie épicurienne.

L’aspect le plus radical de la philosophie d’Épicure est son insistance sur le fait que toute existence est corporelle. C’est-à-dire que tout ce qui existe est composé d’atomes. Par conséquent, le vide ne peut exister sans un corps. Épicure a également rejeté l’idée que l’âme puisse vivre sans le corps. Au contraire, une personne est l’union d’un corps atomique et d’une âme atomique.

Vision biblique de l’amour

Une vision biblique de l’amour comme source de joie suggère que l’amour est l’un des facteurs les plus importants du bonheur. Selon la Bible, l’amour de Dieu est la plus grande source de bonheur, il est donc parfaitement logique que l’amour soit également considéré comme la plus grande source de joie. Le mot « amour », cependant, peut être pris de nombreuses façons différentes. Plusieurs versets du Cantique des Cantiques font référence à l’amour dans un contexte de mariage, de relation ou d’attraction.

La définition biblique de l’amour est une longue liste de concepts. L’amour n’envie pas les autres, ne se vante pas et n’est pas orgueilleux. Il ne garde pas de rancune. Il protège ce qui est sacré et n’oublie jamais de le faire. Et, parce que l’amour est la plus grande source de bonheur, il est une manifestation de la présence de Dieu. Nous trouvons Dieu lorsque nous cherchons l’amour. Il est naturel que la présence de Dieu s’exprime dans l’amour.

Le modèle biologique de l’amour

Le modèle biologique de l’amour comme source de bonheur propose que nos relations dépendent fortement de la présence de l’amour. Celui-ci est bidirectionnel et dynamique, déclenchant divers processus physiologiques et cognitifs qui affectent nos états émotionnels et mentaux et influencent les interactions sociales futures. L’amour est entretenu par une rétroaction continue de nos systèmes sensoriels et cognitifs, et notre corps le recherche constamment. Nous réagissons à l’absence d’amour lorsque nous le ressentons.

Les composantes biologiques de l’amour permettent aux mammifères de former des liens solides entre adultes. La biochimie de l’amour comprend le neuropeptide ocytocine. Il s’agit d’une hormone centrale qui forme un lien durable entre la progéniture d’une mère et son propre corps. L’ocytocine est une hormone qui aide les mammifères à maintenir un sentiment et un lien avec leur mère.

Diverses études montrent que l’ocytocine est un facteur important du comportement social. Des études ont également montré que les administrations intranasales d’ocytocine peuvent améliorer certains comportements, comme le contact visuel et la cognition sociale. Cette explication mérite d’être prise en considération, malgré son potentiel de buzzkill. Elle peut nous aider à comprendre la nature et le but de l’amour de manière plus claire et plus positive, et elle peut nous donner plus de contrôle sur nos vies.

La vision religieuse de l’amour

De nombreuses religions ont une vision différente de la source du bonheur, ou du moins de l’idée qu’elles s’en font. La Bible, par exemple, dit que Dieu est amour, et cette croyance est incarnée par le concept de Bodhisattva (renoncement complet à soi-même). C’est ce type d’amour qui fournit la plus forte motivation pour le salut. Le Nouveau Testament n’utilise l’expression « Dieu est amour » que deux fois, dans deux versets pas très éloignés.

Les écritures chrétiennes et juives affirment que la source de bonheur la plus profonde est de recevoir l’amour de Dieu. Selon la Bible, si nous aimons Dieu, nous serons heureux et serons en sa présence. Mais cette joie n’est pas superficielle et repose sur une sollicitude profonde envers un autre être humain. Elle est plus que la joie qui découle d’une relation d’amour. Voyons comment fonctionne cette compréhension.

L’étude s’est basée sur des données d’enquête provenant de nations à majorité chrétienne, qui sont les plus susceptibles d’assister à des services religieux. Bien que des données provenant de pays asiatiques aient également été examinées, il n’était pas surprenant de constater que les personnes affiliées à une religion faisaient état de niveaux de bonheur plus élevés que les personnes non religieuses. De plus, les chercheurs ont constaté que plus d’un tiers des adultes américains qui sont impliqués dans un groupe religieux se décrivent comme heureux, contre seulement un tiers de leurs homologues non religieux.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.